mercredi 28 mars 2012

Vivre sans la banque...vous avez dit impossible?

Les agences de notation dégradent les banques en cascade depuis 2008, et vous commencez à avoir des doutes? Vous avez suivi la faillite de Lehman Brothers aux USA, entendu parler de la faillite de Northern Rock au Royaume-Uni, vu que les banques à Chypre ont prélevé 30% des dépôts de leurs clients ayant plus de 100 000 Euros et empêché les retraits bancaires de plus de 300 Euros, et vous devenez convaincu que votre argent sera peut-être plus en sécurité dans vos propres coffres plutôt qu'à la banque?


1. Droit ou devoir? Soyons francs
Il n'est inscrit nulle part dans les textes législatifs que l'on doit obligatoirement détenir un compte bancaire. Néanmoins, dans la pratique, de très nombreuses prestations passent par la banque...on se sent donc obligé d'adhérer à ce circuit infernal. Où est la liberté de choix dans tout cela?
Nul doute que pour contrôler et soumettre un peuple, il est nécessaire de faire la traçabilité de tous ses mouvements (Paiement par chèque, retrait par CB, paiement par CB, adresse postale, adresse mail, immatriculation, numéro d'étudiant, service des impôts, sécurité sociale, Carte nationale, Passeport, légalisations, certificats tous azimuts...), en prétextant, bien évidemment, agir pour sa sécurité (le ''sa'', il concerne qui au fait?...).
Vivre sans compte bancaire, ce n'est pas chose aisée, mais ce n'est pas non plus impossible, et pour preuve, plus de 50% des marocains le font encore selon les dernières statistiques, et de nombreux groupes dans les pays développés appellent à sortir du circuit bancaire.

2. Le pourquoi du comment
Vous vous demandez pourquoi il est de plus en plus difficile de vivre en dehors du système bancaire? Quel lobby pousse l'Etat, le monde, à imposer de plus en plus de lois pour injecter l'argent de la population dans le circuit bancaire?
Essayez demain d'aller chez votre banquier, demandez à retirer les 100 000Dhs/10 000Euros que vous avez sur votre compte et le fermer...(entre l'avertissement obligatoire à l'avance, les demandes de justification de la part de votre banquier, le fait que probablement la banque transmettra secrètement votre demande aux inspecteurs des impôts et le fait que vous ferez l'objet d'un suivi, disons, minutieux...)...vous comprendrez finalement que votre argent n'est plus vraiment à vous...
J'ai personnellement assisté à une curieuse scène dans une agence bancaire. Un client important s'est chamaillé avec un conseiller, il a alors demandé a retirer tout son argent, la modique somme de 3 400 000Dhs...imaginez le conseiller commençant presque à trembler quand il voyait la somme...il commençait à gesticuler dans tous les sens...un peu comme si il devait la sortir de sa propre poche, ou si son poste serait remis en cause...très curieux en effet.
Si vous déposez quelque chose chez quelqu'un et qu'au moment où vous désirez le récupérer il refuse, cela s'appelle du vol...sauf pour les banques!
Vous en avez assez qu'on utilise votre argent à l'encontre de vos propres principes? Et si vous vous rendiez compte que votre banque est l'un des principaux créanciers d'un fabriquant de cigarettes, ou d'un producteur d'alcool, que feriez-vous?
''Votre argent en banque, ne croyez pas que vous en disposezLes Etats-Unis ont obtenus de l’Europe des mesures de droit autorisant le blocage des fonts sur n’importe quel compte en banque, professionnel ou privé. Actuellement sous l’accusation (et non la preuve) de terrorisme. Demain sous quel autre prétexte ?''
3. Pour vivre sans banque(s), concrètement, quelles sont les pistes possibles?
Si vous avez franchi le pas depuis plus d'un an, vous constaterez finalement que la vie sans banque est synonyme d'une grosse bouffée d'air frais, que finalement, ''c'est pas si compliqué que ça''. Mais parlons transition. Une fois que vous avez découvert que le système bancaire, pour le particulier, c'est une relation gagnant-perdant, que faire? Aurez-vous le courage de décider que vous ne serez plus un maillon, même insignifiant de la gigantesque chaîne du lobby bancaire? Comment procéder et par où commencer? Se plaindre, et continuer, ne changera pas grand chose...

Deux pistes sont a envisager sérieusement:
I. La première piste, l'idéale, c'est une déconnexion totale avec le système bancaire, c'est à dire fermeture définitive du compte. Cette piste est vivable pour une certaine catégorie de personnes, car elle est révolue l'époque ou avoir un compte bancaire ou une carte était ''class''...
Tout d'abord, il y a les étudiants qui vivent en général de ressources familiales, petits boulots et font leurs paiements généralement en cash.
Ensuite, il y a les professions libérales qui peuvent demander à se faire payer en espèces, et payer en espèces. En cas de besoin de chèque, ils peuvent toujours faire appel à un proche, bancarisé, et pas encore ''converti'' à leur cause.
Enfin, il y a une large frange de salariés qui peut demander à ne plus être payée par virement.
Si on doit vous payer par chèque, demandez de le laisser au porteur, ou, le cas échéant, le faire libeller au nom d'un proche. Essayez d'obtenir des chèques non barrés et endossables, car vous pouvez les refiler en cas de besoin pour un paiement ultérieur.
Si vous voulez faire un achat en ligne, n'importe qui peut l'effectuer à votre place, il suffira de lui remettre le montant en espèces.

II. La seconde piste, concernera ceux qui sont pleinement investis dans la vie active et qui pensent que vivre sans banque est impossible. Ici, on essaiera de démontrer qu'il est possible de retirer tout votre argent de la banque (cela prive la banque de faire plus de dégâts ''grâce'' à vos sous) sans pour autant clôturer votre compte bancaire.
La première étape consiste à convertir la nature de votre compte (fermer tous les comptes épargne et bloqués), ou carrément, changer votre banque pour une qui sera moins chère. Le but de cette seconde piste étant, à défaut de pouvoir fermer son compte, donner le moins d'argent possible à la banque et minimiser le temps que passe votre argent entre les mains de la banque. N'oublions pas que le gros des profits de la banque vient de l'utilisation qu'elle fait, sans vous en informer, de votre argent, et pas des frais qu'elle prélève sur votre compte.
L'objectif principal, dans cette seconde piste, c'est que votre compte bancaire doit toujours être à 0Dhs, et alimenté, ponctuellement au besoin.
Tout d'abord, si vous êtes salariés, dès que votre salaire est versé, il faut immédiatement le retirer (ça fait du mouvement dans votre compte, et vous permet de présenter, au besoin pour VISA ou autres, un relevé bancaire qui tourne).
Si vous recevez des prestations de l'Etat (CNSS, retraites, allocations...) il faut suivre les versements, et les retirer le lendemain. L'une des arnaques les plus farfelues et les plus mafieuses de la banque est de comptabiliser vos versements le lendemain de l'opération, et vos retraits la veille...afin de vous facturer des intérêts.
Concrètement, si vous posez 10 000Dhs Mardi 5 à 12h00 et que vous le retirez le jour-même à 12h05, sur votre relevé vous lirez que vous l'avez déposé Mercredi 6 et que vous l'avez retiré Lundi 4, et que la banque vous a compté 2 jours d'intérêts pour un prêt hypothétique de 10 000Dhs qu'elle vous a accordé, appelés agios (intérêts à court terme), c'est à dire 8Dhs et 20 centimes...pourtant l'argent est déposé et retiré le même jour, dans la même heure, au même endroit!!! Oui, incroyable, mais vrai! Impossible n'est pas la banque!
Si vous déposez un chèque, maintenant que vous connaissez l'arnaque que la banque surnomme ''date de valeur'', il faudra le retirer 3 jours ouvrables après son dépôt, donc s'il est déposé Lundi, il peut être retiré Jeudi. S'il est déposé Vendredi, il peut être retiré Mercredi (Samedi, Dimanche et Lundi est considéré par les banques comme étant une seule et même journée). Une fois que vous avez pris ces habitudes, ça prends quelques semaines et hop vous êtes rodé, ça devient systématique et naturel...au point ou votre banquier, quand vous le rencontrerez, commencera à vous poser la question: Monsieur, votre compte est à 0...dites-lui ''oui je sais'', et ajoutez ''L'argent ça va, ça vient et quand ça vient, ça va''...puis contemplez sa réaction!
Si jamais il vous arrive de tomber par erreur dans un décalage de jour de valeur, et donc que la banque vous prélève un jour d'agios, il y a une piste de sortie, tout n'est pas perdu, car la guerre contre les intérêts est une guerre au centime près. Si par exemple vous avez posé un chèque de 10 000Dhs Lundi, et donc que vous pourrez retirer en J+3, c'est à dire Jeudi, mais que par erreur vous l'avez retiré Mercredi la date de valeur de votre retrait sera Mardi, date à laquelle votre compte n'a pas encore été provisionné, car le retrait est comptabilisé un jour avant (Mardi). Dans ce cas, la banque va vous prélever un jour d'agios, en général à 15%, donc 10 000 * 0,15 / 360j = 4,167Dhs. Il y a une porte de sortie, vous pourrez récupérer ces intérêts usuraires de la manière suivante: La prochaine fois que vous aurez à retirer un virement ou un chèque par exemple de 5200Dhs, présentez à la caisse un chèque d'un montant de 4999,81Dhs, et si le caissier vous donne 4999,5? dites lui d'arrondir à l'unité supérieures, il vous donnera 5000, et c'est ce qu'ils font en général d'eux-mêmes pour faciliter les choses. Mais vous me direz ''La banque à débité 4999,81, mais m'a donné 5000Dhs, donc dans mon compte il y a 200,19Dhs, où sont passé 19cts que m'a donné le caissier en plus, comptablement?'' En fait, les caissiers ont droit en général à presque 10Dhs de décalage entre les comptes virtuels et les opérations réelles, qui sont comptabilisés comme perte par la banque, cela m'a été confirmé par le directeur de la banque de mon quartier, et c'est petit à petit que vous pourrez récupérer votre argent comme cela. Mais attention, à ne pas prendre plus que ce qu'ils vous ont pris en agios, et à ne pas retomber dans cette erreur, car ma recommandation vise à compenser l'exception et non à être une règle (de toute façon si vous faîtes cela plus de 5 ou 6 fois par an, cela deviendra curieux)! Ensuite, plus tard dans la journée vous pourrez représenter un chèque de 200,19cts et demander à avoir 200,5 ou 201, ou bien aller mettre du gazole dans votre voiture, les cartes bancaires permettent des paiements au centime près, et le pompistes acceptera votre demande de 200,19Dhs de gazole sans essayer de comprendre. Ces éléments là sont le résultat de l'accumulation d'expériences et d'expertise de plusieurs années, vous pouvez les appliquer tête reposée. Partagez avec nous vous aussi vos expériences.
Avec cette seconde piste, vous évitez le gros des dégâts, sans pour autant laisser à la banque le loisir de profiter de votre argent. Le principal souci avec le système bancaire étant la réutilisation de votre argent, à l'insu de votre plein gré. En gardant votre compte bancaire au point mort, vous lui coupez l'herbe sous le pied. Et indirectement, vous ne participez plus à couler d'autres familles sous le fardeau de la dette. Disons, pour être sympa, que vous faites du bien autour de vous!

Coté professionnel, quelques astuces à garder en tête. Si vous voulez créer une entreprise, vous pouvez choisir une forme sociale qui ne nécessite pas de blocage de capitaux, type SNC, SARL...il y a plein d'alternatives à la SA. Cependant, des changements récents de textes de lois ont eu lieu, et dispensent maintenant complètement de ce dépôt temporaire.
Si vous avez des factures de plus de 10 000Dhs à payer, on vous demandera de payer obligatoirement par chèque. Mais sachez que les fournisseurs acceptent d'établir plusieurs factures. Ex: pour un montant de 50 000Dhs, un fournisseur peut vous établir 5 factures, pour payer en espèces. Si vous gardez votre compte bancaire à 0Dhs (piste 2), vous pouvez alimenter votre compte la veille, établir le chèque, et demander au fournisseur de l'encaisser le jour même, et voila, le tour est joué, votre argent n'aura pas passé plus de 24 heures dans votre compte. 
Pour la tenue de compte, il existe des packs à moins de 300Dhs qui comprennent chéquier, carte bancaire, et encaissement gratuit de chèques, pour toute l'année. Mais ATTENTION aux agios, en effet, il ne faut pas tomber sous la barre des 0Dhs, jamais, sinon on vous facture des intérêts. Par ailleurs, sachez que l'annulation des agios accidentelle est possible. Si un jour par mégarde vous êtes tombé dans des agios à cause d'un ''décalage'' de date de valeur, vous pouvez gentiment demander à votre banquier de l'annuler (en général ce sont quelques médiocres dirhams, il le fera volontiers) et sinon, appliquez notre recette évoquée plus haut s'il refuse. Pour éviter d'être surpris par des agios, convenez avec votre banquier la date annuelle à laquelle les frais de pack seront retirés, et programmez sur votre agenda de verser de l'argent la veille. Vous pouvez, si votre banquier est sympa, même négocier une exonération d'agios.

4. Et l'argent dans l'histoire, je le mets où?
Question existentielle: Où mettre mon argent? Là encore ce ne sont pas les placements qui manquent. Entre les placements les plus traditionnels, à part sous son matelas, dans le bac de WC ou sous le mobilier du salon, les idées insolites ne manquent pas à ce niveau. D'autres ont opté pour l'option coffre bis (après avoir acheté un coffre fort que vous aurez déposé dans un endroit facilement détectable, mais dans lequel vous ne laisserez pas un montant important, avec de faux bijoux, ça fait encore plus crédible, vous laisserez la majeure partie de vos denier dans un vrai coffre bien planqué). Il y a des pistes un peu plus conventionnelles et crédibles comme par exemple investir dans l'or, les métaux précieux, acheter un fond de commerce, un commerce (plus cher) ou carrément un terrain vague si vous optez pour la prudence, les options sont nombreuses
Cela peut aussi être un prêt à un proche, oui, on a tellement perdu la notion de solidarité, et de voisinage, ''grâce à la banque'' que le prêt est devenu quelque chose de bien étranger à cette civilisation noble qui perd ses valeurs... 
Et si vous avez la fibre offensive sur le terrain de l'économie, alors le placement participatif, l'investissement, est une excellente option. Les entrepreneurs et les projets ne manquent pas, surtout les projets à petite échelle qui ne font pas appel au crédit bancaire et qui comptent sur des gens comme vous. Si c'est un placement, votre capital est fructifié (et c'est licite!), et si c'est un prêt, c'est très bien aussi, car il sera fructifié dans l'au-delà...Rappelez-vous, les taux de remboursement en micro-finance avoisinent les 98%! Sans parler des autres récompenses:

 إِنّ الْمُصّدّقِينَ وَالْمُصّدّقَاتِ وَأَقْرَضُواْ اللّهَ قَرْضاً حَسَناً يُضَاعَفُ لَهُمْ وَلَهُمْ أَجْرٌ كَرِيمٌ [الحديد - 18

5. Les avantages innombrables de ce ''retrait'' du circuit bancaire:
a. D'abord et avant toute chose, un précieux sentiment de liberté. Vous gérez librement vos dépenses, plus de prélèvements alors que vous n'avez pas encore fait le versement, plus de créances mensuelles, plus de mauvaises surprises sur des frais inattendus, plus d'agios insensés, lors de la réception de votre relevé bancaire.
b. Ne plus être ce fumier qui fertilise la finance capitaliste mondiale. Oui, à défaut d'avoir les rennes pour changer les données macro-économiques, vous décidez que vous ne serez plus cet escalier qu'emprunteront les lobbies, en connivence les uns avec les autres, pour arriver à leurs fins...quand un escalier fait défaut, c'est pas grave, mais quand ils sont de plus en plus, alors là, ce n'est plus aussi drôle.
c. Ne pas vivre dans l'illusion au dessus de ses moyens. L'un des principaux objectifs du système bancaire est de réussir à vous faire vivre au dessus de vos moyens à travers les crédits. Car une personne qui vous doit de l'argent est une personne qui vous obéira...tout simplement. Vous devenez alors un fonctionnaire, contraint, de votre propre banque et non plus un client ''roi''!
d. La notion d'argent réapparaît, on gère mieux ses dépenses en voyant l'argent diminuer. Vous ne pouvez mesurer l'ampleur d'une telle notion que quand vous la testez. Avec le chèque et la carte, tout le monde vous le dira, le but premier étant de compter, on finit par dépenser sans compter. Cela repose souvent, dans les magasins et les sites en ligne sur la notion marketing ''d'achat impulsif''. Plus de liquide, c'est pas grave, j'ai mon chèque!...Ce n'est qu'à la fin du mois que la gravité se fait ressentir, un peu comme une blessure à chaud, on ne la sent vraiment que le soir...
e. Refus de la traçabilité permanente: A chaque paiement par carte ou par chèque, vous permettez au commerçant de vous démarcher ultérieurement. Avec les transactions en liquide vous êtes libre, et bien moins agressé à tout moment de la journée par des démarcheurs indésirables et des courriels intempestifs.
f. Disponibilité réelle de l'argent, pas de risque de piratage de carte de paiement. Le piratage est un fait, entre la personne derrière vous au guichet qui prend soin de bien distinguer votre code, puis vous agresse, et la collecte d'informations bancaire en ligne, ainsi que le problème posé par leur conservation...vous serez désormais bien plus en sécurité

Et la liste est encore longue...La balle est dans votre camp, contrairement à ce que l'on vous fait croire du matin au soir. L'émancipation de la servitude usuraire n'est pas une utopie. Partagez avec nous votre expérience dans ce domaine, votre participation est plus que souhaitée.

9 commentaires:

  1. Très bon article, il rejoint ce que disait John Adams, père fondateur de la Constitution américaine
    "Toute la perplexité, la confusion, et la détresse en Amérique ne provient pas des défauts de la Constitution ou de la Confédération ni du désir d'honneur ou de vertu mais de notre ignorance profonde de la nature des devises, du crédit, et de la circulation.
    une capture de votre Analyse" plus de 50% des marocains le font encore selon les dernières statistiques."Heureusement que je suis Marocain et je comprends bien que cette tranche ne le pratique pas soit parce qu'elle est ignorante (analphabète) ou incapable, mais prenons un lecteur canadien ...Il sera très impressionné, et il n’hésitera pas à venir chercher des alternatives chez les 50 % .
    Bon courage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, et ce sont les statistiques officielles, officieusement (en comptant les comptes doubles, de sociétés...) on est à peu près à 27% de marocains bancarisé

      Supprimer
  2. Très bon article! Merci! Une lectrice Française qui aimerait sortir du système des banques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'initiative a ses défenseurs en France, et l'un des plus connus était Cantonna. Mais il a été rapidement maîtrisé et étouffé par les lobbies et le ministre Lagarde qui suit leurs traces.

      Supprimer
  3. De toutes les manières on l'a dans l'cu ! retirer tout de la banque et se faire chier à payer autrement donc par virement à la poste ou mandat ça coûte des sous ... De plus tout ce que l'on touche doit obligatoirement transiter par les banques on a plus le choix c'est mathématiquement organisé ... Vous pouvez retourner le pb dans tous les sens. Ou alors il faut bosser au blak et là de toute manière tu l'as aussi dans l'bab ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour de nombreux fonctionnaires, le salaire passe par la banque, c'est évident. Le mieux dans ce cas est de le retirer le lendemain en intégralité.
      Pour ce qui est des paiements, utiliser la banque pour des virements n'est pas néfaste en soi vu que l'argent ne dort pas sur votre compte et ne sert pas à alimenter la spirale de la dette (on pourra rétorquer qu'il dormira chez le bénéficiaire, mais en tout cas, même en paiement en cash, beaucoup vont déposer le liquide reçu à la banque, l'essentiel est que VOUS sortiez du carcan).
      Une organisation minimale permettrait de compter toutes ses factures mensuelles et de ne laisser à la banque que le strict nécessaire pour qu'il y soit prélevé.
      Il y a donc toujours une solution, c'est une simple question de volonté.
      Bon courage à vous!

      Supprimer
  4. Merci pour ses éclaircissements si précieux

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour cette article, je comprend mieux le systeme maintenant, et surtout j'ai aimé la notion de la date de valeur

    RépondreSupprimer